1 14-10-2017 14:42:35 -

En remontant le Las depuis le pont de Dardennes, on parvient au chemin du Château, l'ancien Chemin Royal, branche du chemin médiéval de Toulon à Marseille créé vers l'an mil par les vicomtes de Marseille pour contrôler leurs possessions toulonnaises. On longe la rivière sous les fraîches frondaisons, et soudain devant soi se dresse le château de Dardennes. Sombre, massif, imposant, il domine de ses lourdes murailles le chemin qui devient alors pente raide et oblique vers la gauche.


http://photos.revestou.fr/upload/2017/03/05/20170305175408-10f63be3.jpg

Les archives ont brûlé, les hommes ont oublié, on sait si peu de choses sur les origines du château. Seules les cicatrices que portent les pierres témoignent de l'histoire brutale que la bâtisse amnésique a traversée. Murs d'appareils et d'épaisseurs différentes, portes et fenêtres murées, le château a subi bien des assauts et des réparations. En 1640, la famille de Thomas vend une partie du domaine de Dardennes à la Ville de Toulon qui semble en avoir été co-seigneur jusqu'à la Révolution. En 1648, les Consuls de Toulon  font édifier ce qui sera leur résidence contre l'aile nord-ouest du château de Dardennes. Il n'en reste rien aujourd'hui, si ce n'est quelques portes murées.


http://revest.legtux.org/uploads/images/2017/10/14/dardennes-mur-consuls.jpg

Murs des consuls au château de Dardennes


Le château de Dardennes était la demeure seigneuriale de la bastide de Dardennes, ce qui selon les termes notariaux locaux, correspond à "domaine agricole" : une bastide comprend donc les terres, le cheptel, les bâtiments d'exploitation et parfois l'habitation du seigneur.


La construction originale serait fin XIIIe début XIVe. La tour Est, aujourd'hui encastrée et légèrement arasée, est la jumelle contemporaine de celle du castrum du Revest, au sommet du village.


http://revest.legtux.org/uploads/images/2017/10/14/tour-est-dardennes-fedoroff.jpg


La tour-donjon du château de Dardennes


Quelques repères chronologiques racontent un peu l'histoire du fief de Dardennes.


En 1385, il est déjà aux mains des Montauban et passe en 1432 aux vicomtes de Marseille, puis en 1568 à la famille de Thomas qui le cède en 1781 au marquis Monier du Castellet. Pendant la Révolution, M. du Castellet s'exile, ses biens sont  saisis en 1794  et le Château de Dardennes devient alors bien national. Il est d'abord vendu comme bien d'émigré à un M. Rossel, qui le cède en 1813 à M. Ollive qui le vend en 1820 à Joseph de Tassis. Depuis cette date, le château de Dardennes appartient à la même famille. En 1905, Laurent Mongin l'appelle Château Bourgarel, qui est le nom de la vieille dame qui y accueillit George Sand en 1861. On a également trace d'une indemnisation que M. de Tassis versa à la famille du Castellet.


Lors de sa conférence de 1955 aux Amis du Vieux Toulon,  Emmanuel Davin concluait : "Tout ce que nous pouvons dire de certain, c'est que les archives toulonnaises font mention d'une bastide en 1400 et 1480, d'une chapelle de château en 1560 et d'un château en 1640"


"Le pittospore dont le parfum avait enchanté George Sand se dresse toujours à l'entrée de la Chapelle Saint-André", nous raconte Michel Dard. "Et c'est là que j'ai été baptisé."