1 27-09-2016 00:27:22 -

En mai 2006, lors de la balade au Château de la Ripelle, Claude Chesnaud nous a raconté la prise du Mont-Faron en 1793 par le Pas de la Masque. On peut lire l'article là : http://revestou.fr/pages/019-balades-hi … ron-fr.php avec de belles cartes sur le siège de Toulon.

Le Pas de la Masque fut emprunté par les grenadiers de l'adjudant-général Mica qui, sous les ordres de Bonaparte, délogea les alliés anglo-espagnols occupant le haut du Faron.

Ce sentier raide, tout d'éboulis et de rochers, prend sur la face Nord du Faron juste en face de La Ripelle. Claude nous apprend que les grenadiers furent ce jour là guidés par des bûcherons revestois et que Pas de la Masque signifie Sentier du Mauvais Sort.

Yvan Meschi dans son recueil d'anecdotes toulonnaises Toulon et nul soleil ailleurs paru en 1994, affirme que ce sont les grenadiers de Bonaparte qui baptisèrent ainsi  le sentier et que son nom signifie  : "le chemin de la sorcière". Certes, le sens n'est pas très différent, mais Yvan Meschi en raconte toute une légende et comme j'aime les belles histoires, je vais vous la citer.

[Les anglo-espagnols étaient déjà vaincus.] Les sentinelles de Mica virent s'avancer vers eux une forme blanche et fantomatique. Effrayés par ce spectre vivant qui articulait des phrases désordonnées dans une langue étrangère, les soldats alertèrent l'officier de garde, qui la fit arrêter. Il s'agissait de la femme d'un officier anglais venue là par les sentiers rocailleux pour rechercher son mari mort lors de l'assaut. Elle habitait une bastide près de Tourris, et commotionnée, venait à la rencontre de celui qu'elle ne reverrait jamais.

L'étrange dame dont les voiles blancs formaient une hallucinante vision dans la lueur blafarde de l'aube, fut qualifiée de sorcière aux pouvoirs magiques. C'est ainsi que les grenadiers de Bonaparte baptisèrent pour la postérité le chemin rocailleux qu'elle empruntait, de Pas de la Masque, ou Chemin de la sorcière, aujourd'hui nom de baptême d'un promontoire chargé d'histoire ...


Bon, on sait tous qu'Yvan Meschi raconte si bien les contes et les légendes de son cher Toulon qu'on voudrait toujours y croire avec émerveillement, même si parfois un léger doute vient nous chatouiller un peu. Certes, c'est sans doute un peu curieux  que des grenadiers venus d'ailleurs baptisent ce sentier d'un petit nom si ... local.

Mais quand on relève que les guides de Mica étaient revestois, que les Revestois sont appelés les Masques, notamment par leurs voisins Valettois et que les Mascos, ce sont les sorciers. Et bien vous en tirerez les conclusions que vous voulez, moi j'aime bien l'histoire de la sorcière. A moins que ce ne soit le chemin du sorcier, c'est-à-dire du Revestois qui servit de guide ...

Vous pouvez voter et poster vos commentaires et suggestions en réponse.